Les 100 : mon avis

serie-les-100

Le premier épisode de cette série américaine du genre drame, aventure et science-fiction réalisé par Jason Rothenberg est sorti en 2014. Elle affiche dans son casting les acteurs tels qu’Eliza Taylor, Paige Turco, Bob Morley, Marie Avgeroupoulos et plus. Le scénario tire son inspiration des romans éponyme de Kass Morgan.

Synopsis de « les 100»

L’histoire dans cette série post-apocalyptique commence 97 ans après l’extermination de la population de la terre par une apocalypse nucléaire. Les seuls rescapés étaient les personnes qui se trouvaient à bord des stations spatiales en orbite à ce moment-là. Ces stations se groupent en un seul nommé ARCHE, celui-ci recense 2400 personnes. Mais avec la succession de génération, les ressources tarissent. L’air se fait rare et la peine de mort est imposée chez les majeurs. Les couples ne peuvent produire qu’un seul enfant. Pour résoudre le problème, les têtes du groupe décident d’entreprendre secrètement l’exil de 100 personnes mineures délinquant sur la surface de la terre pour savoir si on peut y habiter. Clarke, la fille de l’officier en chef de l’Arche, Wells, le fils du chancelier, Finn, Belamy et Octavia sont parmi la centaine des envoyés sur la planète terre. Sur la terre hostile, il n’y a pas de nourriture. La survie de la race des hommes dépend de ces 100 personnes. Elles auront à dépasser leurs différences pour survivre, un monde où la violence semble être une nécessité.

les-100-serie

Critique de la série « les 100»

Cette série ne dévoile pas ses intrigues aux premiers épisodes. Il faut ainsi faire de preuve pour pouvoir profiter pleinement de la trame scénaristique. Au bout du quatrième épisode, on comprend mieux les arguments et le côté mou des premières heures est oublié. La saison 2 gagne encore plus en maturité et n’est pas avare en suspens et en actions. Au fil des quelques épisodes, on parvient ainsi à s’attacher aux personnages avec un récit qui tient la route. Certes, l’histoire est plutôt axée sur les adolescents mais elle arrive également à toucher les adultes. Par ailleurs, on aime le fait que la romance n’a pas pris une trop grande place dans ce film de science-fiction (Marcus et Abby, Bellamy et Clarke etc.). Ce qui permet de tenir en haleine au long des épisodes qui montent en puissance. En fait, «les 100» ne prend pas de gant pour démontrer la cruauté du monde dans lequel nous nous trouvons. Les scènes les plus horribles dans le métrage ne sont donc pas ainsi gratuites. Les choses sont poussées à leur limite, sans concessions pour satisfaire les amateurs de sensations fortes. « Les 100 » au début de leur exil ne sont plus que 54 à la saison 2. Clarke, en tant que leader féministe, en premier doit faire face à un choix d’une cruauté horrible. La tuerie des personnages ne semble pas rebuter les acteurs de la série et d’ailleurs chaque action a ses conséquences. C’est pourquoi les amourettes ne sont plus de rigueur ici, car les ados sont confrontés à des enjeux plus grands : la survie. Bref, la série dévoile des aventures complexes, audacieuses et offensives qui ne plairont certes pas aux âmes sensibles.